CLICK BELOW FOR WAYS TO GET INVOLVED

CLOSE

Bring Brave Miss World to your community or campus
to spark conversation, awareness and change.

>> Click here to host a screening

Sharing your survival story can inspire others who may be
victims of sexual assault to receive the help they need.

>> Click here to join the conversation

Buy a T-Shirt or make a donation and be part
of the solution for rape awareness and prevention.

>> Click here to make a donation
>> Click here to buy a t-shirt

Multiples Agressions Sexuelles

J’ai 31 ans et je suis afro-canadienne. J’ai été agressée sexuellement à plusieurs reprises.

La première fois, je devais avoir 8 ans. J’étais dans un autobus loué par mes parents, bondé de monde. On allait à la campagne assister au mariage d’une parente. Mi-trajet, mon père a pris la place du chauffeur et ce dernier est venu s’asseoir à côté de moi. J’étais du côté fenêtre. Il s’est subtilement mis à me masturber. Je ne comprenais pas trop ce qui se passait, mais je savais que c’était mal. Je me suis tue: il était plus âgé et j’avais peur de me faire punir.

La deuxième fois, deux hommes que je connaissais m’ont violée. J’ai dit non, mais ils ont insisté et m’ont déshabillée. Je ne me suis pas débattue. J’étais physiquement intimidée par eux et hébétée par ce qui était en train de se passer. Ils se sont excusés après, ont juré ne pas avoir eu compris que je ne voulais vraiment pas coucher avec eux. J’ai continué à les voir. Un jour, l’un d’eux m’a frappée. Je suis partie.

La troisième fois, l’agresseur était mon petit copain. Lorsque j’ai voulu le quitter, il est devenu violent. Il me serrait la gorge et menaçait de me tuer chaque fois que je parlais de se quitter. Un jour, il m’a sequestrée dans mon appartement pendant des heures, allongé sur moi, tenant un couteau à ma gorge tout en se frottant sur moi. J’ai réussi à partir, mais quelques jours plus tard, il m’a attendu caché dans un buisson pendant la nuit, m’a prise à la gorge et a encore menacé de me tuer. J’ai réussi à le convaincre de me laisser partir en l’assurant de mon amour. J’ai ensuite dormi plusieurs moi avec un couteau sous mon oreiller, au cas où il reviendrait à la charge.

La dernière fois, c’était par un homme à qui je louais une chambre. Il entrait dans ma chambre nu et m’épiait pendant mon sommeil. Ensuite, il a commencé à venir s’allonger nu dans mon lit. J’en ai fais peu de cas: je ne suis pas de nature prude et je me disais que c’était simplement de l’excentricité de sa part. Puis il a commencé à me toucher en faisant fi de mes nonagénaires répétés. Il faisait passer le tout pour un jeu espiègle. À deux reprises, je me suis endormie avec lui dans mobile lit et me suis réveillée avec sa mains entre mes cuisses. Puis il m’a dit m’avoir fait un massage complet durant mon sommeil. Je lui ai dit que c’était de l’abus et il a commencé à m’insulter, tout en jurant ne se rappeller de rien. J’ai d’épis quitté la chambre.

J’ai décidé de porter plainte contre tous mes agresseurs en vrac. Je tiens un blog, j’y traite de la violence faites aux femmes (https://kamhogojaccuse.wordpress.com)

J’ai la chance d’être suivie par un très bon thérapeute et je me porte bien, même si rien ne saura jamais effacer ou réparer ce que ces hommes m’ont fait.

— Sabine M. Kamhogo, age 31

Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *